Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Journal d’un métaphysicien de passage

Journal d’un métaphysicien de passage

Déambulation itinérante parmi des lectures, des idées, des rencontres, des sensations à propos du sens, du qui suis-je, où vais-je et autres billevesées.


L'autre visage.

Publié par konrad sur 29 Octobre 2015, 19:44pm

Catégories : #Poésie

© Erwin Blumenfield, Tedi Thurman in New York, 1948 (blog Le clown lyrique)

© Erwin Blumenfield, Tedi Thurman in New York, 1948 (blog Le clown lyrique)

 La vérité chez vous est dans les chiffres, dans les raisons et dans les preuves.
La vérité chez vous est dans le monde, devant vous, comme le paysage devant le promeneur, comme l'horizon devant le marin.

 Chez nous la vérité n'est rien de semblable. Elle ne brille pas dans les lointains. Elle chante dans le proche. Elle n'est pas au bout du chemin, elle est le chemin même. Elle n'est pas en face, mais au milieu de nous.

 Nous sommes dans la vérité comme des enfants dans l'eau profonde.             
Ils plongent, disparaissent et reviennent, une herbe entre les mains, une devinette aux lèvres :

Qui nous connait mieux qu'une mère ? La mort.
D'où vient le vent ? D'un livre ancien qu'on a oublié de refermer.
A quoi reconnait-on la parole juste ? A son silence.
Qu'est-ce que la neige ? Un peu de froid, beaucoup d'enfance.
Qui danse jusqu'à l'aube ? L'étoile.
Qui marche en effaçant ses pas ? La bonté.
Qu'est-ce qui distingue les anges de nous ? Leur très grand naturel.
Comment s'appelle le chien qui mord son maître ? La gloire.
Qui rit après sa mort ? La pluie dans le feuillage.
Qui mange dans notre main ?  L'espoir.
Qui ne vient chez nous  qu’en notre absence ? L'amour.
Qui a la fièvre sans jamais être malade ? Le temps.
Qui essuie la lumière avec un chiffon sale ? La folie.
Qui entre sans qu'on l'invite, et sort sans qu'on le chasse ? La vie.

Ainsi allons-nous dans la vérité, comme un enfant va dans ses jeux ; perdant, gagnant. Gagnant, perdant. Et toujours prêt à dire, et toujours prêt à jouer.

Car si chez vous la vérité est un vieillard, chez nous c'est un enfant.

Christian Bobin. La Présence pure.
Poésie/Gallimard.

 

Commenter cet article

Archives