Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Journal d’un métaphysicien de passage

Journal d’un métaphysicien de passage

Déambulation itinérante parmi des lectures, des idées, des rencontres, des sensations à propos du sens, du qui suis-je, où vais-je et autres billevesées.


Propos sur l'art.

Publié par konrad sur 23 Novembre 2015, 20:38pm

Catégories : #Rilke, #Poésie

Bénédicte Desrus. Photographe

Bénédicte Desrus. Photographe

(…) Alors il y a eu le laid. 

   Je ne pouvais pas rester immobile en face de lui dans mon art, car j’avais pour tâche non pas d’être au-dessus des choses mais dedans.
   C’était pour cela, pour être même dans le laid, que j’avais l’intériorité.
Je ne pouvais pas me coucher à coté du lépreux, faute d’amour. 
Je n’aurais pas converti la lèpre en son radieux contraire. Mais je devais pénétrer à l’intérieur, jusque là où la lèpre avait encore une innocence, une enfance ; là je devais rassembler toutes mes forces, insister jusqu’à ce qu’elle me crut, car sa beauté c’était qu’elle ne sut rien d’elle-même, qu’elle fut seulement. 
   Et dans cette beauté je la conquérais, devenue chose, elle entrait dans le monde de mon art. (…)
 
Rainer Maria Rilke. Correspondance

Commenter cet article

Archives