Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Journal d’un métaphysicien de passage

Journal d’un métaphysicien de passage

Déambulation itinérante parmi des lectures, des idées, des rencontres, des sensations à propos du sens, du qui suis-je, où vais-je et autres billevesées.


Analyse à chaud du réel.

Publié par konrad sur 25 Mars 2016, 07:25am

Elena Chernyshova. Photographe.

Elena Chernyshova. Photographe.

Source de l'article :

 

"En politique, dans les médias, et plus généralement chez ceux qui s’expriment en public, la résilience implique, en plus de ses caractéristiques habituelles (déjà trop rarement vues), de ne pas se comporter comme un naze. Que vous teniez des propos racistes dans votre garage ou que vous ayez des réactions de gros lourd dans votre cuisine n’est pas glorieux, mais il s’agit, après tout, de votre vie privée. Dans notre pays, pour l’instant en tout cas, c’est permis (à défaut d’être encouragé). Si on vous fait l’honneur de vous demander votre avis, et que de surcroît il va être diffusé, et si, en plus, vous êtes un élu de la République, il est, en revanche, conseillé de faire preuve d’un peu de décence. C’est mieux pour vous, mieux pour vos électeurs, mieux ceux qui vous lisent ou vous écoutent, mieux pour votre pays. Bref, c’est mieux pour tout le monde.

La Belgique vient de vivre une séquence d’une rare violence, entamée par des perquisitions qui auraient sans doute pu être mieux menées (on m’a récemment expliqué que les portes de derrière n’avaient pas été découvertes dans tous les pays, mais ça m’étonne), poursuivie par l’arrestation de Salah Abdeslam (un homme très recherché), et prolongée par des attentats commis à Bruxelles le matin du 22 mars qui ont tué 31 personnes et laissé des dizaines de blessés.

Comme à Paris, comme à Londres, comme à Bamako, comme à chaque fois, en réalité, des questions doivent être posées. Elles sont indispensables, parfois gênantes, mais elles n’obligent en rien à se comporter comme nous le faisons. La France, dont les autorités continuent avec une admirable constance à nier les évidences malgré l’ahurissante accumulation de ratés et autres manquements rapportés par la presse, s’est immédiatement permis des remarques au sujet de la Belgique qui, par exemple, n’avaient pas été proférées à l’égard du Royaume-Uni après les attentats du 7 juillet 2005.

Une fois qu’on a accepté le fait que des attentats de grande ampleur sont dans leur écrasante majorité la conséquence d’un échec des services chargés de les prévenir, il est n’est pas interdit de respecter la douleur des victimes, le choc ressenti par le pays et ses dirigeants, le traumatisme de la communauté nationale visée. On pouvait croire que l’année 2015 du contre-terrorisme français aurait incité nos responsables à ne pas la ramener et à ne pas sermonner un pays frappé en son cœur par le jihad. On se trompait.

On se souvient qu’Alain Marsaud avait lancé, confondant sans doute le micro d’Europe 1 avec la terrasse du Rendez-vous des Amis, des formules définitives au sujet de la responsabilité des Belges (sic) dans les attentats de Paris. On se souvient également que Bernard Cazeneuve, jamais avare de percées conceptuelles et d’analyses fines, avait estimé que la capture de Salah Abdeslam avait porté un coup sérieux à l’Etat islamique. Quand on s’occupe de sécurité, la prudence est une qualité, d’autant plus précieuse que les démentis n’arrivent jamais sous forme de télégrammes ironiques mais bien de tas de cadavres dans les rues. L’infaillibilité, c’est maintenant.

Les attentats du 22 mars auraient pu remettre les pendules à l’heure et rappeler les règles de la plus élémentaire bienséance. Sans surprise, il n’en a rien été. Michel Sapin, dont l’éblouissant bilan, d’abord au ministère du Travail (cette courbe du chômage, ça avance ?) puis à celui des Finances, fait de lui un commentateur respecté et écouté, n’a pas hésité à pointer du doigt une forme de naïveté belge (sic again). Si ce n’était pas si horrible, ce serait hilarant, plus cruel que bien des séries comiques. Mais ça ne l’est pas.

Inverser la courbe de l'indécence

Faisant preuve d’un sang-froid rappelant la sobre détermination d’un Braddock des grands jours, le ministre de l’Intérieur a rapidement annoncé le renforcement des mesures de sécurité sur notre territoire. Faut-il en conclure que, en dépit de l’état d’urgence, nous étions si cruellement exposés qu’il faille précipitamment déployer des CRS arrachés à nos belles provinces pour renforcer la frontière belge ? A quoi servent donc toutes les mesures déjà prises ? (En même temps, l’expérience montre qu’on n’est jamais trop prudent avec la frontière belge. #jemecomprends).

Il n’y a ici nulle logique opérationnelle, nulle réflexion, mais simplement une panique de plus en plus palpable : un attentat à Bruxelles conduit à renforcer les contrôles à Paris (et aussi à Londres ou Washington) tandis que des élus de la République, perdant le peu qu’il leur restait de dignité, tentent d’emporter le morceau en la jouant à l’estomac. Bruno Le Roux, déjà connu pour la hauteur de ses vues, s’est ainsi une fois de plus illustré.

Nous nous épuisons en accumulant les décisions sans objet, et surtout sans jamais en peser les conséquences. Avec quelles troupes allons-nous gérer le cirque sahélien (souvenez-vous qu’il y a encore eu un attentat à Bamako lundi soir) ? Et comment allons-nous intervenir en Libye (oh, la brillante idée) alors que les forces sont à la limite de leurs capacités et que les services sont débordés ? Toujours fascinant, le ministre de l’Intérieur a refusé ce constat hier matin mais a précisé que les services embauchaient des renforts. Mais, (pardon, je suis un peu lent le matin), pourquoi des renforts s’il n’y en pas besoin ? « Il n’y a pas de problème, d’ailleurs on est en train de le régler ». Bravo.

Qui comprend dans ce pays que la guerre contre le jihad ne nous oppose pas à un seul adversaire mais à plusieurs acteurs terroristes, militaires et politiques, et qu’il serait temps d’arrêter les foutaises et de s’y mettre ?  Nous sommes en réalité prisonniers de nos certitudes. Comment M. Képel fait-il le lien entre les attentats de Bruxelles et les émeutes françaises de 2005 ? Et comment fait-il le lien entre ces émeutes et les attentats déjoués tous les mois en Espagne ? Comment M. Roy ose-t-il, contre toutes les faits établis depuis des années si ce n’est des décennies, parler de délinquant acculturé (et rejoindre ainsi, de façon très amusante, le citoyen Raufer) ? Les jihadistes seraient des danseurs classiques ou des apiculteurs qu’il faudrait se demander à la fois ce qui les pousse à agir et pour quelle raison ils se jouent de nos mesures de sécurité. Les mépriser, au nom d’une folle jeunesse passée à défendre les succès sociaux et démocratiques du maoïsme, revient à mépriser les victimes, ce qui est dégueulasse. Et refuser de réfléchir sérieusement, loin de l’hystérie sécuritaire mais sans le moindre angélisme (pas trop mon genre, de toute façon) va finir par ressembler à du sabotage.

A la douleur née de ces attentats à Bruxelles s’ajoutent l’angoisse d’une nouvelle frappe en France et la certitude que nos dirigeants ne sont pas la hauteur. C’est aussi, concurrençant la peine et la solidarité à l’égard de celles et ceux qui ont été touchés mardi, un sentiment mêlé de honte et de malaise qui croît. Nous, Français, n’avons pas de leçons à donner. Nous pouvons, éventuellement, donner des conseils (mais encore faudrait-il que nous ayons admis nos propres échecs et que nous les ayons étudiés), mais certainement pas des leçons, et encore moins avec ce ton. L’attitude de ceux qui pérorent, parfois sans la moindre connaissance du sujet, est une offense, l’expression de cette insupportable arrogance française, d’autant plus odieuse qu’elle ne repose sur aucun succès. Nos leçons de morale, au vu de ceux que nous soutenons en Afrique, sont sans valeur. Nos leçons de démocratie sont pitoyables au vu des travaux de la commission d’enquête sur le 13 novembre, menée par un député aux ordres qui, l’année dernière, a signé un rapport écrit sous la dictée des services du Premier ministre. Notre bilan sécuritaire, y compris au Sahel depuis des mois, devrait nous conduire à adopter une attitude plus humble. J’ai déjà dit que l’ennemi manœuvrait. Il est manifestement bien le seul.

Share and Enjoy

Commenter cet article

Archives