Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Journal d’un Métaphysicien de passage.

Journal d’un Métaphysicien de passage.

Déambulations, soliloques, billevesées et autres histoires à dormir debout.


"Un chef est un homme qui a besoin des autres." Paul Valéry.

Publié par konrad sur 16 Février 2020, 09:56am

Catégories : #Ma prose en 2020

Peter Clapper. Peintre.

Peter Clapper. Peintre.

L'homme politique, de pouvoir, est vaniteux. Il doit plaire, séduire, sourire. Pour cela il se construit une image, il se raconte une histoire qui, croit-il, doit plaire au plus grand nombre. Cette image traduit une idée, elle est une fabrication forcément trompeuse car dénaturée.

S'il s'affiche tel qu'il se pense correspondre à son public, il risque l'indignation de son imposture. Regardez-moi sur la photo avec ma charmante femme que j'aime et mes bambins adorables. Nous sommes comme vous une famille heureuse, épanouie et parfaitement convenable. Mais tout cela n'est qu'une image, une falsification de la réalité et lorsque le masque tombe l'image se décompose en grotesque.

La tromperie est étalée au grand jour, les pudibonds s'offusquent, les cyniques se gaussent, les "amis" s'affligent, les autres s'en fichent. Mais l'affront est fait et la vindicte lâchée. C'est que personne n'aime être trompé et ce n'est pas tant l'acte en lui-même qui est reproché que le sentiment d'avoir été berné. C'est l'incohérence même, l'insincérité qui est coupable. Et le pire c'est que le candidat lui-même cède à cette pudibonderie. Il ne se reconnait pas dans sa réalité et se renie lui-même. Comble de détresse et d'affligeance. Ses "amis" auront beau louer son "courage" dans la fuite, pitoyable défense et détournement honteux du sens des mots, le renoncement se passe de commentaire.

Que ceux qui briguent un mandat soient un peu plus honnête, cohérent, sincère et ils auront moins de chance de passer sous les fourches caudines de "l'opinion publique" prompte à se délecter de la moindre suspicion. 

Mais n'est-ce pas trop demander à des gens aveuglés par la nature corruptrice du pouvoir ? Les sirènes de la jouissance que procure le pouvoir ont des chants enivrants et charmants qui savent toucher l'homme dans ce qu'il a de plus fragile et d'incertain. Tout pouvoir repose sur un fond de malignité.

 

Moi-même.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives