Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Journal d’un Métaphysicien de passage.

Journal d’un Métaphysicien de passage.

Déambulations, soliloques, billevesées et autres histoires à dormir debout.


Un château en Espagne.

Publié par konrad sur 18 Mai 2010, 11:46am

Catégories : #Ma prose en 2010

http://www.lessignets.com/signetsdiane/calendrier/images/sept/29/picasso-pablo-don-quichotte8888.jpg

Je me rappelle qu’enfant, passait à la télévision un feuilleton sur les aventures de Don Quichotte.

J’ai gardé une image de cette histoire, à laquelle je ne comprenais pas grand chose : celle d’un chevalier efflanqué, accompagné d’un fidèle serviteur, Sancho Pansa, poursuivant sous un soleil de plomb dans un désert aride, des moulins à vent. . .

Aussi absurdes que pouvaient sembler ces aventures, mon imaginaire les accompagnait avec la fascination  qu’exerçe sur un esprit sensible l'étrangeté de personnages pathétiques et attendrissants, totalement hors du monde.

 

Certes, il a de quoi faire sourire ce chevalier dégingandé, emporté par un délire qui lui fait voir des géants dans des moulins à vent ou une armée dans un troupeau de moutons.

Pourtant, derrière cette " démence " qui passe pour folie aux yeux du commun se cache peut-être une façon d’entrevoir le réel sous une autre forme, moins triviale.

Une volonté de ne pas se soumettre aux injonctions d’une raison raisonnante coupée de sa part sensible.

Un désir de placer l’être au cœur du réel et de le restituer dans toutes ses dimensions.

 

C’est pourquoi il y a de la grandeur dans le personnage, de la beauté dans cette indéfectible quête à poursuivre un rêve, fut-il illusoire, hors de tous ceux qui agitent le monde ordinaire.

De l’allure dans l’affirmation du héros : " Je suis qui je suis ", qui situe bien l’inspiration ontologique sous laquelle se déroule le sérieux de la quête.

 

Probablement est-ce ce qui manque le plus aujourd’hui ; un peu de cette " folie douce " qui fraie des voies d’avant-garde, hors des sentiers battus.

Qui ose envisager le rêve non pas comme une chimère mais comme un possible renouvellement de sa nature.

 

Il existe des ces aventuriers de l’esprit, de ces " marginaux centraux " qui ouvrent de nouveaux horizons métaphysiques, qui font des synthèses originales, lesquelles sont des pistes de réflexion nécessaires à notre époque en mutation.

Pour peu que l’on chasse tous les moulins à vent dogmatiques qui encombrent notre pensée et voilent notre appréhension du monde. . .

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives